Le vendredi 10 novembre 2017, le Bénin était en examen devant le Conseil des droits de l’Homme des Nations-Unies dans le cadre du troisième cycle de l’examen périodique universel à Genève. Ce dernier qui est un mécanisme onusien de promotion et de protection des droits de l’Homme au plan mondial a permis aux Etats du conseil d’évaluer le Bénin sur son attitude à protéger et à promouvoir l’humain ces quatre dernières années. Sa finalité est de veiller à l’effectivité des droits de l’Homme dans le monde à travers des recommandations formulées aux Etats.

C’est donc dans ce cadre que notre pays le Bénin a reçu à l’issue de cet examen 198 recommandations dont 191 acceptées et 7 notées (les recommandations notées sont en attente soit de rejet soit d’acceptation).

Parce qu’impliquées dans ce processus depuis le début, les ONGs locales actives en matière de promotion et de protection des droits humains, réunies au sein d’un groupe de travail, ont décidé de donner une conférence de presse ce mercredi 27 décembre 2017 au foyer des marins de Cotonou, afin d’informer l’opinion publique ainsi que les professionnels de l’information, de l’issue de l’Examen Périodique Universel et de pouvoir compter sur eux dans la suite du plaidoyer et le suivi de mise en œuvre desdites recommandations pour une meilleures santé des droits humains au Bénin.

Au nombre des recommandations acceptées, on peut noter celles relatives à l’amélioration des conditions de détention ; l’éradication du mariage forcé des filles ; l’éradication des violences faites aux filles et aux femmes ; le maintien des filles à l’école ; l’installation de la commission béninoise des droits de l’Homme ; l’adoption du nouveau code pénal, et bien d’autres. Pour ces quatre prochaines années donc, chacun des composantes de notre Etat, devra veiller à la mise en œuvre de ces engagements acceptés par les gouvernants afin que le quatrième cycle de l’examen périodique ne soit une répétition du troisième.

Si 191 recommandations ont été acceptées, 07 recommandations font aujourd’hui l’objet d’attente. L’on ne sait pas encore quel sort leur est réservé par l’Etat béninois alors même que ces recommandations sont fondamentales pour un Etat de droit. Pour la vitalité de notre démocratie. Elles portent essentiellement sur la liberté de presse ; les exécutions extrajudiciaires, le retrait des enfants des couvents. Il est donc important que le plaidoyer soit renforcé auprès des gouvernants afin que ces recommandations puissent être acceptées en Mars 2018 lors de l’adoption finale des recommandations, pour une bonne santé des droits de l’Homme chez nous.

Pour tout connaître sur le mécanisme de l’examen périodique universel, je vous conseille de lire ce billet (https://glorydroitshumainsbnin.wordpress.com/2017/10/09/lexamen-periodique-universel-pour-sauver-le-benin/?preview=true ) que j’ai rédigé à la veille du dernier passage du Benin devant le Conseil des droits de l’Homme des Nations-Unies.

L’effectivité des droits de l’Homme dépend aussi de l’engagement de chacun à voir ce vœu se réaliser. Engageons-nous !

Cotonou, le 27 décembre 2017

Glory Cyriaque HOSSOU, Juriste, Activiste des droits de l’Homme, Secrétaire de l’Association des Blogueurs du Bénin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s