Victorien AGOUTY est l’un des jeunes béninois qui essaie aujourd’hui de marquer son temps en faisant ce qu’il sait faire le mieux, ce pour quoi il vit au quotidien, la production d’huile palmiste. Rare sont ces béninois dans une atmosphère délétère où trouver un emploi relève non pas de l’ordinaire mais de l’extraordinaire, qui sont prêts à abandonner un emploi salarié pour aller cultiver la terre. C’est justement ce qu’il a réalisé il y a quelques années et aujourd’hui il se propose de nous raconter son expérience, de nous dire s’il regrette ou pas son choix à l’heure actuelle et quel type de message il voudrait lancer à la jeunesse du Bénin, lui qui est devenu un modèle d’inspiration, un des béninois qui détiennent le monopole de l’huile palmiste.

Dis-nous Victorien, comment as-tu pu opérer ce retour à la terre au point d’abandonner un emploi salarié ?

C’était une question de vision et j’avais finis par comprendre que travailler pour soi est plus rentable qu’être salarié, parce qu’être salarié c’est se limiter et avoir une vie limiter durant les trente ans de service. Mais avec le business, entreprendre soi-même permet de réaliser les objectifs de vie et de carrière. Ça vous permet d’apporter une valeur ajoutée au monde, de laisser une trace dans l’humanité que d’être salarié.

Après la visite de tes installations, on se rend bien compte que tu mènes une activité prospère et très inspirante. C’est le fruit de combien d’année de travail et qu’est-ce qui te motive autant ?

Ce que les yeux ont vu, l’esprit le conçoit dit-on. C’est ce que j’avais déjà vu quand j’étais en Côte-d’Ivoire où de grandes industries assurent le monopole du palmier à huile. Je me suis donc dis que si ça a été possible ailleurs, pourquoi pas ici au Bénin ? C’est comme ça je suis revenu au Bénin et j’ai commencé par entreprendre il y a cinq ans environ après avoir démissionné de mon poste à Prodicom.

Peut-on dire aujourd’hui que tu es heureux dans ce que tu fais et quel est ton chiffre d’affaire ?

Je suis heureux dans ce que je fais parce que je m’y plais, j’arrive à atteindre mes objectifs, ce qui me rend heureux. Mon chiffre d’affaire s’élève aujourd’hui à cinq million au minimum par mois. Je prévois d’ailleurs l’améliorer dans les jours à venir. J’ai des clients qui viennent d’un peu partout du Bénin et de la sous-région ouest africaine. Je suis convaincu que je ne me suis pas trompé de chemin.

Quelles sont tes défis et perspectives à court moyen et long terme aussi bien pour toi et ton entreprise ?

Les anglais disent ‘’Every time i have the challenge that Im facing now’’, tous les jours j’ai des challenges, des défis, que je suis en train de surmonter petitement. Il y a un an, si tu étais venu ici, ce n’était pas comme ça, aujourd’hui ce n’est pas comme ça et demain ça ne sera pas comme ça. Tous les jours il y a des obstacles, mais avec la vision et le courage on essaie de surmonter petitement et on s’en sort.

Tu voudrais lancer un appel à la jeunesse qui hésite aujourd’hui et qui manque de repères ?

Je voudrais dire aux jeunes qui me lisent aujourd’hui de ne pas toujours attendre l’Etat ou de compter sur lui sur tous les plans. Vous risquez d’être déçus si vous ne l’êtes déjà. Être salarié aujourd’hui, c’est quelque chose que déplore. Rester dans l’espérance de travailler au ministère, à la fonction publique, ne devrait plus être l’apanage de la jeunesse. Il faut que les jeunes changent de mentalité et commencent par entreprendre.

Que les jeunes acceptent de payer le prix de la formation avant de prétendre gagner gros. Dieu nous a créé pour que nous puissions impacter le monde, tant qu’on n’entreprend pas, on ne pourra impacter notre monde.

MERCI VICTORIEN ET DU COURAGE DANS TES ENTREPRISES.

Merci à vous.

Publicités

4 réflexions sur “…travailler pour soi est plus important qu’être salarié…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s