…des maladies contagieuses se développent dans nos prisons…

7179  détenus  dont  2429  condamnés  et  4750  en attente de jugement.  Voilà  le nombre  exact des  habitants  de nos  centres  pénitentiaires. 

4750,  c’est  bien  le chiffre  qui retient  l’attention  a l’issue  de la  présentation  du  Garde des sceaux à l’hémicycle lors  des  dernières questions  orales  adressées  par les  députés au gouvernement. Ce chiffre  témoigne  sans  nul doute de l’effectif  pléthorique  dans  nos prisons. 

Mais  combien  de prisons  avons-nous  en réalité au  Bénin  et  dans  quelles  conditions  vivent  ses  occupants  ??? 

4750,  ce  chiffre  dépasse  largement  l’effectif  des  condamnés  et  leurs  conditions  de  détentions qui frisent  l’inhumanité,  l’animalité et  interpellent  la  conscience humaine. Dix prisons  à  la  date  du  17  Février 2017  répartis sur l’étendue du  territoire  nationale  ; 

1- Cotonou  (L’une des plus  vieille prisons  du  Bénin,  conçue  pour accueillir  entre  300-400 détenus, le  centre  comptait  en 2010 2094  pensionnaires  dont  1838  inculpés  et prévenus  pour 156  condamnés  répartis  dans  14  dortoirs de  40 places).

 2- Abomey (Sans  réelle clôture,  la  prison d’Abomey  est  la  plus  insalubre  des  prisons  du Bénin,  elle  comptait  à la  même période  119  Condamnés et  1052  inculpés  et  prévenus pour une capacité de 150-200 places)   

3- Ouidah 

4- Porto-Novo (conçue  pour  accueillir  250 personnes,  elle comptait  en 2010  373 Détenus  pour 90 condamnés).

 5- Parakou 

6-    Natitingou 

7- Kandi  (la  prison  de  Kandi  est  conçue  pour  accueillir  200 personnes) 8- Lokossa  (capacité d’accueil de  150 places) 

9- Akpro-Missérété  (plus  grande  prison du  Bénin, elle a été construite pour accueillir 1000  personnes  et  est celle qui  respecte les normes  de  constructions  internationales, quand  bien  même les  droits  humains  soient  en mauvaise  santé.)   

10- Centre  de protection  sociale de l’enfant  et  de l’adolescent  d’Agblangandan.   

Ces chiffres  obtenus  à partir  du  rapport  de la tournée  du  médiateur de la République en  2010, n’ont  pas  véritablement  amélioré. Bien  au contraire  ! Le  taux  d’occupation  le plus  élevé est  à  Abomey, trois détenus  pour une place selon  le garde des  sceaux. 

 <<Des maladies  contagieuses  se développent  dans  nos prisons, tout  le monde  est exposé  (Méningite, tuberculose)>>dixit  Eric HOUNDETE  1er  Vice-Président  de l’Assemblée Nationale. <<Il y a une absence de boîte pharmaceutique, le  mirador n’est pas  conforme  aux normes internationales, il  bouge  quand  il pleut  et  expose. Les  fosses  septiques sont  en de piteux  états>> renchérit  Orden  ALLADATIN député à l’Assemblée Nationale. 

Ces constats, ces particularités, ces réalités, qui  sont  en parfaite inadéquation  avec les  règles minima des  Nations-Unies  dites règles  Nelson  Mandela  témoignent du  malaise qui sévit  dans nos prisons  et  nous  font  appel. 

<<…à Abomey,  des détenus  ont  des pieds  enflés  par  manque de sommeil…..>> affirme le Président de  la  Commission  des  lois  Alexis  AGBELESSESSI.

En réalité,  il est  constant  de constater certains  faits, qualifiables  d’actes de torture, de traitements  inhumains  et  dégradants. Il  arrive de  voir des détenus  dormir  debout, d’autres assis, d’autres  accroupis. La  bonne  volonté pousse  parfois  certains  à s’inter  changer  les  places, de disposition,  et  de position. Les  femmes  n’ont  pas  ou  se laver  dans  certains  centres. Les  enfants  cohabitent  avec des condamnés, des  adultes. 

Que dire de leur alimentation  ??? 

Deux  repas  par jour,  équilibrés  ou  non. Et  la fréquence est  à revoir.  Les  détenus  se plaignent fréquemment  sur  la qualité des repas. Eric HOUNDETE  compare la  viande  fortuitement retrouvée sur la  nourriture  de  l’un des  prisonniers  d’Abomey à la moitié  du  couvercle d’un stylo de 100f.  Déplorable  !!! 

Ces réalités quotidiennes  ne sont  pas  sans  conséquences  sur  la  personnalité  des  pensionnaires surtout celles et ceux en détention provisoires. La  plupart  de ces  détenus  entre  en prison  soit  pour une infraction  aussi mineure qu’elle puisse paraître,  soit  dans  l’attente d’un jugement  qui viendra les  fixer  sur  leur sort.

 La  cohabitation entre  délinquants  primaires  et  bandits  chevronnés  à  sans  ambages des conséquences  sur  les  premiers. En effet, ils  développent  d’autres  attitudes et  aptitudes à  même de les  aguerrir  négativement. Ils  ressortent  avec des  convictions  plus  destructives  car  n’ayant  reçu  aucune  formation  lors  du séjour carcéral. Une formation capable de leur  assurer  une réinsertion  sociale. Une formation qui éloignerait  d’eux  tous  vices.

 ‘’Je  me souviens  de ce  Mr fraîchement  sorti de prison qui,  au bout  de  deux  semaines  se décide à voler  de  nouveau et  ce,  en plein midi. Il  savait  qu’il se ferait  arrêter. En  réalité,  il le voulait.’’ Il venait  de boucler deux  semaines  de liberté sans  que  quelqu’un ne lui  adresse la parole ou, ne  soit  méfiant  envers  sa  personne.  En  plus  de cela, il ne mangeait  pratiquement  plus.

 Ces cas  sont  nombreux  dans  un  pays  qui se  veut  protecteur et  promoteur des droits  humains, et  interpellent  la  conscience humaine. Il faut  des actions  urgentes et  réaliste  entrant dans  le respect  des engagements  internationaux  ratifiés  par le  Bénin  en  l’occurrence  les  Pactes internationaux  relatifs  aux  droits  civils  et  politiques  et  ceux  économiques  et  sociaux  culturels. 

 Le  désengorgement  des  prisons  par la  construction  de nouvelles  plus  spacieuses  et respectant  les  règlementations  internationales  en la matière  ; 

L’application  effective  du  principe  de  la  rétroactivité  des  lois  de  procédure  en  matière pénale  en  vue  de  libérer  les  personnes  encore  dans  les  liens  de  la  détention  pour information judiciaire avant  l’entrée en  vigueur  du  Code de Procédure Pénale;

L’application  effective des  délais  de détention  préventive tels  que fixés par  le Code de Procédure  Pénale;

L’assurance  effective de  repas  suffisants  en temps  et  en heures  ; La  formation  et  l’éducation  effective des  détenus  visant  une réinsertion  sociale; 

L’application  effective de  la  loi  sur  les  travaux  d’intérêt  général;

L’adoption  d’une politique  de réinsertion  sociale  des  détenus  afin de  les  soustraire  de l’oisiveté et  de tous  vices  comme le cas  dans  certains  pays  de  la sous-région,  constituent autant  d’actions  à mener  dans  le processus  de révélation du  Bénin  au monde. 



La  privation de  liberté ne  devrait  en aucun  cas  servir  de subterfuge aux  violations  des droits humains dans nos prisons. 

Veillons-y

Glory Cyriaque HOSSOU

Publicités

12 réflexions sur “…des maladies contagieuses se développent dans nos prisons…

  1. Du bon boulot! Je viens de lire en effet un spécialiste des droits de l’homme.

    Dans un style limpide et concis, tu as su décrire dans un premier temps, la situation déplorable et surtout inhumaine qui malheureusement caractérise nos milieux cacéraux. Et tu as bien fait d’avoir ressorti dans état des lieux, la problématique relative à nos CPS.

    Fidèle à la logique intellectuelle, tu as fait de pertinentes suggestions pour ne pas dire recommandations à l’Etat.

    Vivement que cet appel aussi que les appels des organisations de défense des droits de l’homme soient écouté pour le bonheur de tous.

    Brillant activiste des droits de l’homme, mes salutations déférentes

    Aimé par 1 personne

  2. Ce message est un appel lancé aux autorités, notamment le garde des sceaux pour une amélioration des conditions de détention. Vivement que les choses changent après cet appel.
    Bonne continuation dans ton combat pour le respect des droits de l’Homme.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s