En prélude la célébration  de  la  journée  internationale de la justice  sociale, la  Chaire  Unesco des  droits  de la personne  et  de la démocratie de l’Université d’Abomey-Calavi,  a initiée une activité comme à l’accoutumé  depuis  le début  de la rentrée  universitaire  2016-2017  à l’endroit de  ses auditeurs et  de  toutes personnes  intéressées  par les  thématiques  choisies.  

 Pour  la  célébration  du  jour, la Chaire  a décidé de  la  projection  d’un film  sur le  rôle de la cour africaine des droits  de l’homme et  des peuples  afin  de permettre  une appréhension  et  une compréhension  des  auditeurs de  ce  mécanisme  régional  de  protection  et  de promotion  des droits  de l’Homme. A  cet  effet, Clément  CAPO-CHICHI,  Expert  en droit  de l’Homme et Président  du  conseil d’administration  de l’Institut  pour le  Plaidoyer en  Afrique a été invité pour faciliter  les  débats  et  répondre aux  interrogations  des  participants.  Il est  à noter également  la  présence remarquable  du  Docteur LOKO Théodore ancien  Ambassadeur de la République du  Bénin près  le Vatican



Démarrée peu  après  17H,  la  projection  a  duré  une  trentaine de minutes  et  a  abordé les origines, les  attributs  et  la  composition  de la Cour  Africaine des  Droits  de l’Homme et  des Peuples.  

 Les  origines:

Des origines  il  est essentiel de  retenir  que  c’est dans  le but  d’assurer  la protection  des droits  de l’Homme et  des peuples,  des  libertés et  des devoirs  que  la  Cour  a été créée  en vertu  de l’article 1er  du  protocole relatif  à la charte africaine  des droits  de l’Homme et  des peuples  le 10 Juin 1998  lors  de  la conférence des chefs  d’Etats et  de  gouvernement  de  l’Organisation de l’Unité Africaine réunie  à  Ouagadougou. Le protocole entrera en  vigueur  le  25  Janvier 2004 après ratification par plus  de 15 pays. A  la date d’aujourd’hui, il compte une trentaine de ratification  dont  celle béninoise  sur  les  55  Etats que  compte l’Union Africaine.  Le protocole prévoit  qu’une fois  ratifié, les Etats  doivent  aussi  faire une  déclaration  spéciale acceptant  la compétence de la Cour et  permettre  aux citoyens  de  la  saisir  directement. Seulement  huit  pays à la date du  1er  Mars  2016  ont  effectivement  fait  cette déclaration. Il s’agit  du  Burkina  Faso,  le Bénin, le  Ghana, le  Malawi,  le  Mali,  le  Rwanda,  la Côte d’Ivoire  et  la  Tanzanie. 

Les  attributs:

Les  attributs  et  compétences  de  la  Cour Africaine  sont  connus, il  s’agit  de connaître  de toutes les  affaires  et  différends  concernant  l’interprétation de  la  Charte Africaine des  droits  de l’Homme et  des peuples  et  de sanctionner  les  violations.  Elle  a son  siège  à  Arusha en  Tanzanie. Il faut  pour finir, dire que  dans  la  mesure du  possible, la Cour Africaine peut  tenir  ses  sessions en dehors  du  lieu  de son  siège  pour atteindre un  plus  grand  nombre  (Cas  du  Niger par exemple).

La  composition 
S’agissant  de sa  composition, il faut  dire que  onze  juges, ressortissants  des  Etats membres  de l’Union Africaine  siègent  à la Cour Africaine.  Ils  sont  nommés par  leurs  Etats  respectifs  et  élus pour une période  de six  à quatre  ans    par  la  commission  des  chefs  d’Etats  avant  de siéger intuitu  personae à la Cour Africaine.  Ils  sont  rééligibles  une  seule  fois  et  élisent  en leur  sein  un Président et un Vice-Président pour un mandat de deux ans.  

DES DEBATS:

A  la  suite de la projection, les débats  sont  ouverts  avec pour facilitateur  Clément  CAPOCHICHI. 



De ces  débats riches en  compréhension  et  en transmission  avec apports  du  Dr  LOKO Théodore, il s’avère important, de ressortir  quelques  questions  et  interventions  intéressantes. 

Les  auditeurs ont  abordé de long en  large  les  aspects  financiers, les moyens  de  la  Cour Africaine d’assurer  ses décisions  rendues,  les  immunités de certains  hauts  fonctionnaires  aussi bien  civils  que militaire, l’opportunité de la création d’une Cour Pénale Africaine, l’opportunité de la Cour  Pénale Internationale pour les Etats Africains  pour ne citer  que  celleslà. 

Clément  CAPO-CHICHI dans  son intervention  est  revenu  sur  les  ressources  limitées  de la Cour Africaine,  la non  disposition de  police  ni de  territoire  et  la  dépendance  de  la Cour  de  la  bonne volonté des Etats  membres  dans  l’assurance des  décisions  rendues  d’une part  et  d’autre  part sur  les  principes de subsidiarité  et  de  complémentarité  qui  fondent  l’existence de la Cour Africaine

 Il  a pour finir  exhorter  sur  l’intérêt  pour  les  Etas  africains  de faire  fonctionner  les juridictions  nationales  si toutefois  l’on  veut  éviter  de  comparaître  devant  les  mécanismes régionaux  voire  internationaux de  protection  des  droits  de l’Homme.  Si ces  mécanismes n’existaient  pas, Blaise COMPAORE,  Yaya DJAMEY et  autres  seraient  encore  au pouvoir  en train  de  martyriser  leurs  peuples  a-t-il  conclu.



   C’est donc sur  ces  mots  que  le  ciné-club  a pris  fin,  avec pour prochain  rendez-vous  le 08  Mars prochain  à  la  salle de conférence de la Chaire  UNESCO, pour la célébration  de  la  journée internationale de  la  Femme avec pour  thématique  ‘’Le rôle de la Commission  Africaine dans  la promotion  et  la  protection des  droits  humains’’ 



Abomey-Calavi le  21  Février  2017 
Glory  Cyriaque  HOSSOU, Activiste des droits  humains.

Publicités

8 réflexions sur “A la découverte de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s