​Yann  14  ans  était  allé payer  de la craie  pour étudier,  cette matinée  du  samedi  03  Décembre 2016. Il ne rentrera pas  à  la  maison  ce  jour-là  et  sera retrouvé quelques temps  après, allongé sur  la  plage de  fidjrossè,  le corps  sans  vie. Il  ne présentait  aucun  signe  de noyade.  Yann  venait d’être victime d’un enlèvement couronné par un assassinat. 

Ce résumé  du  témoignage  de la nièce de la victime,  rendu  public ce  mercredi  28  Décembre 2016  à la  faveur d’une conférence de presse organisée  par le Comité de Liaison des Organisations  Sociales  de  protection  de l’Enfance (CLOSE)  dans  la  salle  Mgr  Louis PARISOT du chant  d’oiseaux  de  Cotonou, n’est qu’un des  derniers en  date  d’une  série  d’enlèvements  forcés perpétrés  depuis  des semaines dans  les  villes  du  Benin notamment  les départements  du  littoral, du zou et des collines.

 A  ce cas  poignant  de Yann, précèdent  de nombreux autres, aussi lugubres  les  uns  que les  autres, je veux citer  le cas  de la jeune fille  de  12  ans  Antoinette,  unique enfant  de sa mère  Pauline AHANDESSI  retrouvée  égorgée  après son  enlèvement  par deux  géants  alors  même qu’elle  était accompagnée  de  ses camarades  pour aller chercher des légumineuses à  la  périphérie  de leur domicile. Ou  en encore  du  cas  de la  dame qui  a été dépossédée  de son  enfant  de 2ans environ,  malade  alors qu’elle se rendait  à l’hôpital  de  DAVOUGNON.  Les  assaillants  ont emporté dans la foulée l’engin et la trousse de la mère de l’enfant. Source  »LE MATINAL »

 Ces cas  choquent  et  interpellent  la  conscience humaine et  surtout  font  appel  à une action urgente pour enrailler  le  mal  qui n’a  fait  que trop  duré.  Les  Organisations  de la Société Civile, les  acteurs politiques,  les  Hommes des médias, toutes les composantes  de la  société  devront travailler  en  synergie afin  de contrer la montée  en  flèche du  fléau qui je l’avoue est  devenu plus enclin dans notre quotidien grâce aux réseaux sociaux. 

crédit photo : Awanabi Idrissou

C’est bien  aussi le message qu’à voulu  faire  passer  Norbert  FANOU-AKO,  Directeur de  l’ONG Enfant  Solidarité d’Afrique et  du  Monde  en initiant  cette conférence de presse pour tirer  sur  la sonnette d’alarme et  rediriger les regards  autour de ce  phénomène.  Il  a, dans  sa prise de parole,  rappeler  le contenu  de  l’article 8  de notre  constitution  que je cite  ;  <<La  personne humaine est  sacré  et  inviolable.  L’Etat  a  l’obligation  absolue  de  la  respecter  et  de la protéger. Il lui  garantit  un  plein épanouissement. A  cet  effet, il  assure à ses  citoyens  l’égal  accès  à  la  sante, à l’éducation, à la culture, à l’information, à la formation  professionnelle et  à l’emploi>>, avant d’insister de commun  accord  avec le Directeur de la Maison  de la  Société Civile, le représentant  de la direction des  droits  de l’Homme  pour ne citer  que ceux-là, sur  la  nécessité d’un  plaidoyer  pour la ratification  par le Bénin, de  la  convention  internationale  sur  la  lutte contre les enlèvements forcés, et la sensibilisation auprès des populations.

 L’autre  mal  qui gangrène  notre  société actuellement  est bien  le phénomène  de  l’infanticide rituel qui n’a pas  manqué  de  susciter  moult  réactions. Ce phénomène peine  à disparaître  en témoigne  cette publication  récente de l’IRIN (Agence de presse des  Nations-Unies),  <<Certains prendraient  bien  cela pour  un  roman  de  fort  mauvais  goût, et  pourtant, c’est  la  réalité  :  en ce vingt  et  unième siècle,  on  continue  de tuer froidement  des enfants  pour des raisons  dont  la banalité est  encore plus  choquante  que l’acte lui-même.  Il s’agit  de l’infanticide  rituel, une pratique  qui a une histoire millénaire  et  qui malheureusement, à traverser  le temps  et  continue de  sévir dans  certaines partie  du  monde. Le drame des enfants  ‘’mal  nés’’. Pour de nombreuses  communautés du  nord  du  Bénin, les bébés qui, à leur naissance,  ne se présentent  pas  par la  tête,  le visage tourné vers le  ciel, sont des  enfants  sorciers. La tradition  exige  qu’ils  soient  sacrifiés.  Les  nouveau-nés  malchanceux  sont alors  confiés  à des  ‘’réparateurs’’, qui  peuvent  décider de leur fracasser  le crâne contre  un tronc d’arbre>>.    

’La  protection  de l’enfance est  une affaire  commune et  garantir une politique  de protection à l’enfant,  c’est  assurer  une quiétude à tout  le commun des  mortels’’  Glory  Cyriaque HOSSOU

Publicités

5 réflexions sur “Recrudescence des enlèvements: l’urgence d’une action concertée…!

  1. Les activistes des droits de l’homme et l’état doivent travailler ne synergie pour lutter contre ce phénomène qui prend de l’ampleur.L’état doit renforcer la sécurité en mettant les moyens qu’il faut à la disposition des OPJ et autres afin d’arrêter les auteurs de ces actes crapuleux.

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s