La liberté de circulation, plus qu’un droit inhérent à tout individu, est un principe universel que nul ne saurait y déroger. C’est le noyau dur des libertés publiques et y porter entrave ne saurait laisser une nation sans conséquences néfaste sur son réel développement.
Que faire quand les libertés publiques entrent en collision avec la tradition, la culture, la coutume ???

Septembre, neuvième mois de l’année est la période où les Hommes, surtout les femmes sont interdits de sorties ou du moins sont limités dans la jouissance de leur liberté publique. Celle d’aller et venir, ceci dans la région du plateau. Les initiés imputent ce fait à la célébration festive de la divinité  »ORO ». 

Quand le  »ORO » doit sortir, les agglomérations doivent être fermées, les femmes doivent rester chez elles, les hommes doivent faire de même.

Si par malheur, l’on vous croise dans une ruelle pendant ce temps, la sanction est sans appel. Les femmes disparaîtraient et les hommes non initiés seraient chicotés ( j’écris sous réserve des interventions des ressortissants du plateau qui liront cet article). 

Les activités génératrices de revenus tournent au ralentis dans cette contrée du pays en cette période. Aujourd’hui encore, elles sont chez elles, sans possibilités de sortir. Il faut que ça change.

Le Bénin, partie à plusieurs traités et accords internationaux devrait en temps normal veiller à l’application effective desdits accords.

Des béninoises meurent dans cette affaire !

Des séquelles sont et seront gardées de ces atrocités à vie.

Tradition oui, mais un encadrement s’impose.

Jusqu’à quand assisterons nous à ce recul de démocratie ??? 

C’est une ouverture.

Cotonou le 13 Septembre 2016.

Glory Cyriaque HOSSOU, Activiste des droits humains.

Publicités

4 réflexions sur “Septembre: le mois de tous les dangers pour les femmes du plateau.

  1. Félicitations au prefet dudit département qui semble avoir entendu notre message passé ici il y a un mois. C’est la preuve que nous sommes suivis. Il faut que les actes suivent désormais les paroles. Lisez ceci;

    *Fétiche Oro : le vent de la Rupture s’annonce dans le Plateau*

    Par Olivier Ribouis C 08 Oct 2016 à 15:52
    < 693

    Les pratiques des adeptes du fétiche Oro devront désormais se conformer aux textes de la République. Valère Adéchina Sètonnougbo, le préfet du Département du Plateau a informé vendredi les responsables de couvent d’Oro qu’ils devront dorénavant mettre de l’ordre dans les calendriers de manifestation de leur culte.
    « Une fête reste une fête. Il n’y a pas de fête destinée à la violence » a fait savoir le préfet avant d’ajouter « Tout se passera maintenant selon les textes de la République ». Au cours de la séance de plusieurs heures d’échange avec les responsables des couvents de cultes Oro de la commune de Pobè, il leur a expliqué la nécessité d’une synchronisation des jours et horaires des manifestations dans l’ensemble des villages de la commune. Cultes redoutés par les hommes non-initiés et surtout par les femmes contraintes de s’enfermer pendant des heures voire toute une journée, les manifestations d’Oro dans les communes du Département du Plateau au sud-est du Bénin donnent souvent lieu à des actes de violences qui finissent par des affrontements entre forces de l’ordre et adeptes de ce fétiche.

    Aimé par 2 personnes

  2. Concernant cet article sur la divinité ORO, on a vraiment œuvré pour sa suppression mais la seule issue qu’on a pu avoir c’est sont interdictions a se manifester sur les routes inter-États.

    De plus, les choses ont changés avec le temps, plus de sacrifice de femmes comme il était il y a 30 ans. Et ce qui est vraiment marrant c’est que les femmes elles aussi n’ont jamais voulue que cette pratique disparaisse du fait que selon elles, ce sont ces trois jours de fêtes reparties sur deux semaines qui sont des jours où elles se reposent le plus au bout d’un an de peines

    Mais le seul problème est que des impolis, dépourvu de tout sens abusent de cette fête pour semer des troubles qu’on ne saurait dire le nom

    Maintenant, en ce qui concerne cette fête au regard de la loi, je ne dirai pas trop qu’elle entrave au liberté de circulation parce que je me pose la question de savoir si la tradition doit disparaître au détriment du droit ou si elle doit être régulée. Et c’est d’ailleurs ce qui empêche à une suppression définitive de ladite fête.

    S’il y a d’autres point de vu a propos de sujet, j’aimerais bien les écouter

    Charly de cstutoriel, étudiant de département de Droit et Profond passionné des sciences informatiques

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour l’intérêt que vous portez à ce sujet qui fait partie intégrante de notre temps. Aujourd’hui la célébration de la fête du  »ORO » a besoin d’un profond encadrement. Empêcher les uns et les autres de vaquer à leur différentes occupations est déjà très poussé. La suppression de telles manifestations ne nous avancera en rien, mieux cela nous appauvrirait culturellement.

      L’encadrement que je préconise ici, sous-entend la fixation d’un temps de préférence la nuit sans pour autant violenter. Cela permettra aux uns et aux autres de vaquer normalement aux occupations quotidiennes.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s