Énième braquages dans les rues du Bénin : l’urgence d’une action citoyenne !!!

Hier Jeudi 21 Juillet 2016, alors que j’assistais au débat sur le rapport de la commission DJOGBENOU chargée d’opiner sur les réformes politiques et institutionnelles, les braqueurs ont encore frappé fort, faisant du coup de nombreuses victimes.

Si d’autres ont pu échappé avec l’entièreté du butin, d’aucuns se sont fait arrêté par une population visiblement aguerrie et avertie de la chose.

Si le braquage d’AKASSATO retient notre attention aujourd’hui, ce n’est pas parce-que nous connaissons la victime mais parce-que le mode opératoire de l’assaillant fait froid au dos. Donner des coups de marteaux sur la tête d’une jeune femme sans défense que la sécurité Nationale a exposé en étant défaillante dans l’assurance de sa sécurité, que la justice de son pays à oublié mais bien heureusement que le peuple n’a pas oublié (en secourant la victime et en l’amenant ensuite à l’hopital),même si nous déplorons avec la dernière rigueur, le fait que l’assaillant ait été battu à mort.

Hier c’étaient eux les victimes, aujourd’hui ce sera qui ??? Et demain ???

De toutes les façons, il n’est plus un doute pour quelqu’un.  » nous ne nous sentons plus en sécurité, même étant chez nous, parce-que l’Etat semble démissionné, parce-que l’Etat a décidé que chaque béninois devrait assuré dorénavant sa propre sécurité, parce-que tout simplement l’Etat a refusé de respecter les engagements internationaux et nationaux pris en faveur de la promotion et la protection des droits humains.

Saurait été dans les grandes démocraties, le Ministre de l’intérieur et de la Sécurité Publique devrait déjà démissionné si non demis de ses fonctions. Mais hélas !!!

Messieurs Ralmeg Gandaho, Moriac Adonon, Montesqieu Hounhoui, les victimes savent-elle qu’elles peuvent poursuivre l’Etat Béninois et obtenir réparation des préjudices subis du fait de son défaut d’assurance et de garantie de la sécurité publique ???

Quand l’Etat devient défaillant dans ses fonctions régaliennes, il est de notre de tirer sur la sonnette d’alarme de peur que la République ne tombe dans un chaos indescriptible.

Chers Ralmeg Gandaho, Joseph Glèlè, soulé koto yerima, oussou Julien, Fiacre Renaud Avlessi, jasmine djomamoue, Marc Dakpogan, Josué Dohami, Paul Vissoh, Narcisse TCHOUKPA ,Yannick Dedokoton, la République a besoin de vous.

Glory Cyriaque HOSSOU, Juriste Activiste des droits humains.

 Cotonou le 23 Juillet 2016

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s