Contenu de la déclaration conjointe de l’ONG Changement Social Bénin et Amnesty International au sujet de la répression sanglante de la marche des étudiants de l’Université d’Abomey-Calavi.

ALERTE À LA VIOLATION DES LIBERTÉS PUBLIQUES: La République du Bénin devra garantir effectivement les libertés de réunion, de manifestation et d’expression. 

Tout comme dans des matières intéressants l’ordre public, il est aussi, dans les droits de l’Homme, des ‘’lignes rouges’’ infranchissables. Et ces lignes le sont encore plus quand elles intéressent les libertés publiques en l’occurrence celle de réunion, de manifestation et d’expression.

En effet, par la correspondance N° 0007/UNEB/FNEB/UNSEB/BEU/BEN/BEF/Pdt/SG-DU, du 22 Juillet 2016, adressée au Préfet du Littoral, les trois organisations estudiantines (UNEB, FNEB, UNSEB), ont demandé l’organisation d’une marche pacifique sur le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique le Mardi 26 Juillet 2016 à partir de 07 heures. 

Comme prévu donc, la marche de protestation des étudiants de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC) a démarré devant l’entrée principale de l’UAC mais très tôt à tourner court. En effet, sur instructions du préfet du littoral les forces de l’ordre lourdement armés s’en sont prises ouvertement aux étudiants sans défense qui manifestaient dans un total pacifisme munis d’une motion contenant leurs diverses revendications notamment sur les mauvais traitements qu’ils subissent à l’Université dans l’idée de la lire à leur Ministre de tutelle. 

A travers chants et slogans de diverses natures décriant leurs mauvaises conditions de vie et de d’étude, la colonne des marcheurs a su évoluer dans sa dynamique et son ardeur. Les manifestants, une fois arrivés devant la Bourse du Travail de Cotonou, se sont retrouvés en face d’un barrage d’hommes (gendarmes-policiers) lourdement armés. C’est précisément à ce niveau que, sur instructions du Préfet, les manifestants ont été réprimés et violemment repoussés à coup de gaz lacrymogènes et de jets d’eau sous prétexte que la marche ne pouvait suivre  l’itinéraire initial du fait de la présence  d’institutions sensibles, du domicile du chef de l’Etat, d’un hôpital, d’une ambassade et de la présidence de la république sur cet axe qui,   selon les dits du préfet, est une ligne rouge. Plusieurs cas d’arrestation et de blessés ont été déplorés. 

Face à cette situation, les manifestants contraint au replie,  ont donc décidé d’arrêter la marche et  de se regroupés en colonne pour rejoindre la place de l’Etoile rouge en vue de leur retour sur le campus. Mais ils ont été à nouveau pourchassés et réprimés par les forces de l’ordre toujours munis d’armes lourdes jusqu’à leur dernier retranchement. 

Cet acte constitue une violation manifeste des libertés publiques notamment celles de réunion, de manifestation et d’expression en République du Bénin, pourtant  garanties tant au plan international par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 et le Pacte International Relatif aux  Droits Civils et Politique de 1966, au plan régional par la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples de 1981 qu’au plan national par la Constitution Béninoise du 11 Décembre 1990. Il est inacceptable de constater  que de tels actes persistent en République du Bénin malgré le rappel à l’ordre par la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples à travers un communiqué de presse en date du 07 Janvier 2014 pour des faits similaires survenus le 27 Décembre 2013. Pire, lors de sa 115è session, le Comité des Droit de l’Homme a déploré de pareilles situations et a formulé des recommandations à l’endroit de l’Etat béninois pour y remédier.

Par ailleurs, il importe de rappeler  que la République du Bénin ne dispose pas d’un cadre légal claire aménageant spécifiquement le régime d’exercice et de jouissance des libertés actuellement en péril.
Eu égard à tout ceci,

Nous condamnons avec la dernière rigueur, la répression dans le sang et les arrestations arbitraires, furent-elles de courtes durées, de même que la flagrante restriction arbitraire des libertés publiques notamment celles  de réunion, de manifestation et d’expression.

Nous voudrions inviter par cette occasion les autorités politiques béninoises à poursuivre leurs efforts dans la garantie des libertés publiques notamment celles  de réunion, de manifestation et d’expression.

Il devient nécessaire et urgent de mobiliser les forces citoyennes et politiques pour un plaidoyer en vue  de doter la République du Bénin d’un cadre légal  clair et précis pour la  protection effective des libertés publiques en l’occurrence celles de réunion, de manifestation et d’expression.
Vive la démocratie,

Vive les libertés publiques,

Vive le Bénin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s